‪VENIR APRÈS
DE DANIÈLE LAUFER


"Nos Parents ont été déportés"


De part mon activité professionnelle, j'ai reçu il y a quelques jours en service presse et avant la sortie prévue le jeudi 4 mars, le nouvel ouvrage de Danièle Laufer : "Venir après - nos parents ont été déportés" (Editions du Faubourg)

Danièle Laufer "est écrivaine et journaliste, spécialiste de questions de psychologie, de société et de santé" et auteure d'un certain nombre d'ouvrages dont "La vie empêchée" (Bayard, 1996). En onze chapitres, Danièle Laufer, se référant aux témoignages d'enfants de déportés, dont elle est elle-même, qu'elle a rencontrés, évoque l'enfance de chacun souvent dans le silence du parent survivant des camps, dans la difficulté pour ces parents de parler de ce qu'ils ont vécu et subi, de la disparition dans les camps de concentration ou d'extermination nazis de la plupart de leurs proches, des traumas qui inconsciemment ont été transmis à leurs enfants et petits-enfants. Les questions d'identité, celles relatives à la façon dont ces enfants ont appris que leurs parents avaient été déportés, le difficile témoignage souvent fait plus dans des établissements scolaires que vers ses propres enfants....

Aujourd'hui, alors que les survivants des camps disparaissent avec le temps, c'est à leurs enfants et petits-enfants de transmettre à leur tour leur mémoire non pas pour vivre dans le passé mais justement pour que le passé ne s'oublie pas. Outre les témoignages, ce sont aussi des références d'ouvrages dont Danièle Laufer évoque à travers des pages de son ouvrage qui m'a ému, m'a interrogé notamment sur la question de savoir pourquoi je suis si sensible à cette période, au travail de mémoire, qui m'ont fait créer il y a un peu plus de 9 ans l'AAJS. Certaines pages (21 à 25 ; 28) m'ont fait penser à Jorge Semprun et plus particulièrement à l'Ecriture ou la Vie ; plus loin (247-248) à "Eprouver Auschwitz" de François Rachline (Hermann, 2020) mais aussi à mon ami Charles Goldstein qui a connu Jorge Semprun à la fin de sa vie, Charles rappelant que dans son parcours personnel, il a été marqué par Marc Chagall, dont il a été l'élève (Danièle Laufer évoque Chagall en page 249) et par sa rencontre avec Jorge Semprun.

J'espère qu'au niveau de l'AAJS, nous aurons l'occasion d'organiser une rencontre avec Danièle Laufer autour de son ouvrage car la transmission de la mémoire, le travail de mémoire sont au coeur des ouvrages de Jorge Semprun, sont donc au coeur de notre association, l'Association des Amis de Jorge Semprun


Jeunes Générations 

À paraître jeudi 4 mars 2021 aux éditions du Faubourg  

Nos parents ont été déportés

Danièle Laufer, dont la mère fut rescapée des camps nazis, a rencontré une vingtaine d'autres enfants de cette première génération née après la Shoah, pour tisser, dans ce récit, leurs histoires et leurs émotions aux siennes. Son premier mérite est de rassembler en un seul livre des expériences de vie disparates, malgré cette identité commune, fondamentale, qui les a "à la fois détruits et construits" : celle d'être enfant de déportés, survivants de la Shoah.

Disparates, car ces déportés devenus parents n'ont pas transmis de la même manière ce qu'ils ont vécu, leur traumatisme lié à la déportation et son cortège d'horreurs, à la culpabilité d'avoir survécu, et souvent à ce sentiment "de n'être jamais revenus des camps".
Qu'ils aient parlé ou se soient tus, qu'ils aient été des militants de la mémoire ou préféré l'oubli, leurs enfants ont dû faire avec. Ces enfants racontent donc, chacun avec leurs souvenirs qui se ressemblent parfois, ce que c'est de grandir dans une famille réduite à elle-même, très souvent sans grand-parents, avec des parents qui parlent avec un accent, quand ce n'est pas tout seuls et tout haut, et qui n'ont pas toujours su les aimer comme ils en avaient besoin.

Ce récit polyphonique, construit en chapitres thématiques, aborde de multiples questions, comme le rapport à l'identité juive, à la religion, aux traditions, à la famille, à la mémoire... Et les propos des témoins tissent entre eux des correspondances et une solidarité de fait via des expériences communes. Alors qu'ils entrent dans l'âge mûr, ils disent qu'il a fallu le temps d'une vie pour arriver à accepter et aimer des parents cabossés, après les avoir craints, jugés, fuis. Malgré la souffrance exprimée au fil des pages, surgit aussi la joie d'être là, vivants, et d'avoir eu des enfants, comme une victoire sur le projet funeste des nazis d'exterminer tous les Juifs.


 


Holocaust

Danièle Laufer est écrivaine et journaliste, spécialiste des questions de psychologie, de société et de santé.

À paraître le jeudi 4 mars 2021 aux éditions du Faubourg.

Cet ouvrage a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.


 


Venir après - Danièle Laufer - 
Parution le 4 mars 2021 - 332 pages

Retrouvez ce livre sur le site de la  Fondation Pour la Mémoire de la Shoah



Association des Amis de Jorge Semprun

14 Rue Carpeaux •  75018 • ParisFrance