DISPARITION
Mort de Michel Piccoli : retour sur une carrière hors-norme
1925 - 2020

Lundi 18 Février 2020

L'Association des Amis de Jorge Semprun rend hommage à Michel Piccoli

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Michel Piccoli. Il aura marqué le cinéma par les nombreux films auxquels il a participé aux côtés des actrices et acteurs eux aussi inoubliables. Michel Piccoli a tourné notamment avec la Guerre est finie d'Alain Resnais, le premier film dont Jorge Semprun a écrit le scénario ainsi que dans l'Attentat d'Yves Boisset. Il était aussi à l'affiche des représentations du Vicaire de Rolf Hochhuth au Théâtre de l Athénée dans l adaptation française écrite par Jorge Semprun. L'Association des Amis de Jorge Semprun présente ses sincères condoléances aux proches de Michel Piccoli.

Le comédien Michel Piccoli est mort à 94 ans. Le septième art perd l’un de ses meilleurs représentants. Sa filmographie est jalonnée de grands succès qui sont devenus des classiques du cinéma, mais aussi de nombreux films d’auteurs salués par la critique. Retour sur une exceptionnelle carrière.

 
Michel Piccoli est mort le 12 mai, a annoncé sa famille ce lundi. Monument du cinéma français, l'acteur était célèbre pour ses rôles dans "Le mépris", "Les choses de la vie" ou plus récemment "Habemus papam". Retour sur une carrière exceptionnelle.
« Le survivant :

Élève du cours Simon, il débute au cinéma au lendemain de la seconde guerre mondiale dans « Le parfum de la dame en noir » de Louis Daquin , il intègre aussi la célèbre compagnie théâtrale Renaud-Barraud. Dès les années 60, il partage l’affiche de nombreux longs métrages et trouve les faveurs du public et de la critique en 1963 aux côtés de Brigitte Bardot dans «Le mépris » de Jean-Luc Godard.


Sur le petit écran, à la même époque il triomphe aux côtés de Claude Brasseur dans le téléfilm réalisé par Marcel Bluwal, "Don Juan ou le Festin de pierre" qui est devenu un grand classique de la télévision.


Les années Claude Sautet 

Les Choses de la vie, 1970 

À l’origine, le metteur en scène souhaite confier le rôle à Yves Montand ou Lino Ventura, tous deux refusent la proposition, Claude Sautet choisit alors Michel Piccoli. Le réalisateur qui avait signé auparavant d'efficaces polars, change complétement de cap avec cette histoire d’un homme dans la fleur de l’âge qui est victime d’un accident de la route. Dans le le coma, il revoit les moments importants qui ont jalonné son existence, notamment ses rapports avec son épouse -Léa Massari- qu'il a quitté et sa maîtresse. Cette dernière, interprétée par Romy Schneider, est éblouissante d'un bout à l'autre du film, son succès auprès des spectateurs installe définitivement sa carrière en France. L'inoubliable et émouvante musique du long métrage qui contient « La chanson d’Hélène », est signée Philippe Sarde, le compositeur attitré du metteur en scène.


Max et les ferrailleurs, 1971

On retrouve le tandem, Piccoli-Schneider pour une histoire qui sort des sentiers battus. Max est un policier qui veut faire tomber une bande de la banlieue, il se sert d’une prostituée –Lily- et devient même au fil de l'histoire, l’instigateur du coup en préparation afin d’arriver à arrêter toute la bande. La distribution est admirable puisque l’on retrouve : Bernard Fresson, Georges Wilson, François Périer et Bobby Lapointe. Film à l’atmosphère étrange et oppressante qui conduit à la tragédie, Michel Piccoli est au sommet de son art dans un rôle qui mélange l’amour, sa soif de vaincre et la frustration. Admirable.


Vincent, François, Paul... et les autres, 1974 

Des amis, des destins qui se croisent, des chassés croisés amoureux, sont la marque de fabrique de Claude Sautet. Symbole des années 70, cet excellent film écrit sous la plume notamment de Jean-Loup Dabadie fait la part belle à des scènes qui sont aujourd’hui devenues cultes, à l’image de celle du gigot où à la table dominicale entouré de ses amis - Serge Reggiani, Ottavia Piccolo, Gérard Depardieu, Antonella Lualdi et Umberto Orsini -, Michel Piccoli prend une colère mémorable. Il faudra qu’un de leur bande -Yves Montand- ait un ennui de santé, pour qu’ils s’aperçoivent de la futilité de certains de leurs problèmes. Indémodable.

Mado, 1976.

Sombre histoire que celle de Simon qui se retrouve cerné par les dettes suite à des malversations et le suicide de son associé. Par l’entreprise d’une prostituée, il obtient des papiers embarrassants qui mettent en difficulté un promoteur véreux, l’excellent Julien Guiomar. Romy Schneider est à nouveau dans la distribution dans le rôle de la maîtresse du héros, tandis que Mado interprétée par Ottavia Piccolo est plus que troublante.

De Marco Ferreri jusqu’au Vatican 

La carrière de l’acteur est jalonnée de rencontres avec les plus grands réalisateurs, de Luis Buñuel à Claude Chabrol ou encore Claude Lelouch. "La grande Bouffe" de Marco Ferreri fait scandale en 1973. Piccoli rejoint dans cette fable inclassable trois amis - Marcello Mastroianni, Philippe Noiret et Ugo Toggnazzi - qui décident d’en finir avec la vie en mangeant jusqu’à leur décès. Citons encore, " Le sucre" de Jacques Rouffio, "Une étrange affaire" de Pierre Granier-Deferre ou "Le paltoquet" de Michel Deville. Plus proche nous, en 2011 dans le film de Nanni Moretti intitulé "Habemus papam", il incarne le cardinal Mellville qui est élu Pape à son corps défendant.


Michel Piccoli était un immense acteur, il nous a fait partager de superbes histoires grâce à ses magnifiques compositions, qui nous ont toutes faites au fil des décennies, aimer pour toujours le cinéma.


Filmographie sélective 1962 : Le Doulos de Jean-Pierre Melville 1966 : Belle de jour de Luis Buñuel 1969 : L'Étau d'Alfred Hitchcock 1971 : La Poudre d'escampette de Philippe de Broca 1974 : Le Trio infernal de Francis Girod 1976 : René la Canne de Francis Girod 1978 : Le Sucre de Jacques Rouffio 1982 : Le Général de l'armée morte de Luciano Tovoli –

France Bleu 




Association des Amis de Jorge Semprun

14 Rue Carpeaux •  75018 • ParisFrance