Ecrivains Espagnols exilés à Paris (de 1939 à nos jours)
PAR LUIS NEGRO



Un Chapitre bilingue de la culture française.

Luis Negro nous livre dans « Ecrivains Espagnols exilés à Paris (de 1939 à nos jours) » un portrait riche, intègre, foisonnant de la génération des contemporains espagnols de la seconde guerre mondiale et au delà. Centré autour des intellectuels, en particulier des écrivains, et incidemment des artistes, notamment peintres et cinéastes, exilés à Paris depuis 1939, à l’issue de la guerre civile espagnole, ce livre dresse l’Histoire de chacun d’entre eux dans le tumulte qui a secoué l’Espagne et l’Europe du milieu à la fin du XXe siècle.

Grand spécialiste de la transition de la dictature de Franco à la Monarchie parlementaire, Luis Negro souligne l’importance de la contribution de ceux-ci à la culture européenne, et ce dans deux langues qui vont se mélanger et s’enrichir mutuellement, l’espagnol et le français étant intimement mêlés au sein de l’œuvre de chacun d’entre eux.

Une intelligentsia qui a été contrainte au départ par la victoire des troupes franquistes et qui est venue renforcer le rayonnement d’un pays qui pourtant au départ ne les a pas tous accueilli à bras ouverts, même si certains ont tout de suite trouvé un écho et une réelle prise en compte. Mais beaucoup ont connus en arrivant, qui plus est sous le régime vichyste, des difficultés abyssales.




Luis Négro retisse minutieusement la trame de cette histoire collective passionnante et le destin individuel de chacun d’entre eux aux prises avec leur arrachement au pays et leur progressive adoption par la société française. Beaucoup se disperseront aux quatre coins de l’Europe et du monde à l’issue de la seconde guerre mondiale. Cette génération espagnole est la seule qui ne pourra pas rentrer chez elle en 1945 et qui devra composer avec toutes les vicissitudes de son rapport au régime de Franco. Mais que ce soit à travers le théâtre comme avec Arrabal, La peinture avec l’évocation de Dali et Picasso, Le cinéma avec Luis Bunuel, la littérature avec Gomez Arcos ou Goytisolo et surtout l’émergence de Jorge Semprun, qui va peu à peu se révéler et devenir une sorte de figure de proue de cette génération après le retour de la démocratie en Espagne, en devenant ministre de la culture de son  pays. Sans concession, son regard fait la part des choses entre les ombres et les lumières, les égarements d’une époque qui a peu à peu vu l’Europe sortir des ténèbres nazis, mais qui s’est révélée être pour ces hommes un paysage dangereux.



Jorge Semprun dans « l’Homme européen » écrit avec Dominique de Villepin, prônait la lente construction d’une nouvelle entité politique, gage de paix et de prospérité, l’Union européenne, aujourd’hui aux prises avec des affres comparables. Luis Négro s’attache à décrire le constant travail d’imagination de ces hommes et de ces femmes à travers leurs œuvres littéraires et la relation particulière  qu’ils ont nourrie à une époque dont ils ont vaincu un à un les vieux démons. Ces combattants de la liberté, ont connus la défaite des républicains, la déportation, les camps, la résistance, le communisme, et le retour à la démocratie.



Ils se sont peu à peu défaits des corsets idéologiques de leur époque comme on se débarrasse d’oripeaux devenus trop étroits. Les enseignements que nous livrent ces hommes sont précieux. Ils nous transmettent pour beaucoup — et ceci en filigrane — les clefs de la transformation positive de notre propre époque. C’est aussi ce qui fait de la lecture de ce livre une œuvre passionnante, réellement enrichissante, une somme indispensable pour appréhender l’esprit d’une époque éprise d’art et de liberté…

Gilles Marchand
Secrétaire des Amis de Jorge

Publié le 13 mars 2016

Le Site de l'Harmattan


Association des Amis de Jorge Semprun

14 Rue Carpeaux •  75018 • ParisFrance