Nombreux sont ceux qui se sont émus de la disparition de Jorge Semprun. L'écrivain espagnol nous laisse une œuvre immense et l'exemple d'une vie hors-du-commun. Peu de gens ont à ce point vécu ce siècle dans la somme de toutes ses composantes et se sont engagés dans tous ses combats, ont connu toutes les surprises, bonnes ou mauvaises d'une époque qui a assisté aux soubressauts terribles des pires totalitarismes et à l'épiphanie de longs moments de paix grâce à la volonté, notamment des européens, de se retrouver pour bâtir ensemble le projet extraordinaire pour le soit-disant vieux continent qu'est devenue, en dépit des difficultés, l'Union Européenne. Infatigable partisan de l'Europe, ses écrits, tant en espagnol, qu’en français ou en allemand, ont fait date et ont contribué à faire bouger les lignes pour faire avancer l’idée de coopération continentale.

Jorge a marqué ce siècle, tant par ses écrits, romans et scénarios de films engagés tels l’Aveu ou Z de Costa-Gavras que par sa vie : enfant de la guerre civile d’Espagne, exilé, résistant, déporté, rescapé de Buchenwald, dirigeant d’un Parti Communiste Espagnol interdit, dont il est exclu, puis Ministre de la Culture dans un des gouvernements de Felipe Gonzalez. Il est à l'origine d'un renouveau du cinéma espagnol. Il a beaucoup fait pour un nombre toujours croissant d'acteurs de tous types avec la constance et la discrétion des grands. On lui doit des textes essentiels pour une identité européenne qu'il incarnait mieux que quiconque. Des écrits parfois militants et engagés, au plus noble sens du terme, d'une qualité littéraire inégalée. Jorge Semprun était lui même, pleinement et sans fard, un homme libre dans toutes ses dimensions.



Jorge Semprún Maura (né le 10 décembre 1923 à Madrid, Espagne) est un écrivain, scénariste et homme politique espagnol dont l'essentiel de l'œuvre littéraire est rédigé en français.L'œuvre romanesque de Jorge Semprun se répartit autour de quelques thèmes et des grands événements qui ont émaillé son existence. Beaucoup de ses ouvrages éminemment autobiographiques sont des témoignages, des réflexions sur la terrible expérience qu'il a vécue dans les locaux de la Gestapo à Paris, puis dans le camp de Buchenwald et sa difficile réadaptation : Le Grand Voyage, L'Évanouissement, Quel beau dimanche, Le mort qu'il faut, L'écriture ou la vie et Vingt ans et un jourD'autres retracent plutôt son parcours clandestin à l'époque du franquisme quand il était un membre éminent du Parti communiste espagnol : Autobiographie de Federico Sanchez et La deuxième mort de Ramon Mecader.Une autre catégorie importante concerne sa vie d'exilé en France et les années de l'après-franquisme : Adieu vive clarté..., Montant la vie continue, L'algarabie, La montagne blanche et Federico Sanchez vous salue bien.Semprun affirme qu'après une tentative à la fin de 1945, il lui a été impossible d'écrire pendant une vingtaine d'années d'écrire quoi que ce soit sur son expérience de déporté, afin de sauvegarder sa propre existence, mise en danger par l'écriture de l'indicible. En revanche, il a écrit sur d'autres sujets ; lui-même cite dans l'Autobiographie de Federico Sanchez quelques textes des textes qu'il a écrit durant cette période. C'est le cas par exemple de Soledad, une pièce de théâtre d'orientation communiste, ainsi que de nombreux poèmes, relevant du culte de la personnalité. Il ne considère cependant pas ces productions comme pourvues d'un grand intérêt et ne les cite que comme reflets d'une période politique, celle du stalinisme triomphant. En tout état de cause, avant Le Grand Voyage, l'activité d'écriture littéraire occupe une place très limitée dans son existence. Œuvres et distinctions Il a écrit des romans, des récits autobiographiques, des pièces de théâtre et des scénarios, pour lesquels il a reçu plusieurs récompenses. Un thème récurrent de son œuvre est la dénonciation de l'horreur de la guerre, et notamment des camps de concentration.En 1969, il reçoit le Prix Femina pour La Deuxième Mort de Ramón Mercader. En 1994, il reçoit le Prix de la paix des éditeurs et libraires allemands.Le Prix de la Paix des Editeurs et Libraires allemands., le Prix Fémina Vacaresco 1994 et le Prix littéraire des droits de l'Homme 1995 lui ont été décernés pour L'écriture ou la vie ; il a également reçu le prix de la ville de Weimar en 1995 et le prix Nonino (Italie) en 1999.En 1996, il est élu à l'Académie Goncourt ; il n'a pas pu entrer à l'Académie française car il a conservé la nationalité espagnole. En 2004, il a reçu le Prix Ulysse pour l'ensemble de son oeuvre. Le 30 novembre 2007, il a reçu les insignes de docteur honoris causa de l'Université Rennes 2 Haute Bretagne.



Bibliographie 1963 : Le Grand Voyage - Prix Formentor 1967 : L'Évanouissement 1969 : La Deuxième Mort de Ramón Mercader - Prix Femina 1976 : Autobiografía de Federico Sánchez (Autobiographie de Federico Sánchez) - Prix Planeta 1977 1980 : Quel beau dimanche ! 1981 : L'Algarabie 1983 : Montand la vie continue, Éditions Denoël 1986 : La Montagne blanche 1987 : Netchaïev est de retour 1993 : Federico Sánchez vous salue bien 1994 : L'Écriture ou la Vie - Prix Femina Vacaresco 1995 : Mal et modernité 1995 : Se taire est impossible, avec Elie Wiesel 1998 : Adieu, vive clarté… 1998 : Le Retour de Carola Neher et le Manteau d'Arlequin 2001 : Le mort qu'il faut - Prix des Charmettes/ J.-J. Rousseau 2001 2002 : Les sandales, Éditions Mercure de France, (ISBN 2715223676) 2003 : Veinte años y un día (Vingt ans et un jour) 2003 : el pais semanal 2005 : L'Homme européen, avec Dominique de Villepin, Collection Tempus, Éditions Perrin, 2006, Paris, (ISBN 2-262-02395-6) 2008 : Où va la gauche ?, Éditions Flammarion 2010 : Une tombe au creux des nuages. Essais sur l'Europe d'hier et d'aujourd'hui, Collection Climats, Éditions Flammarion ( Voir analyse par Bertrand Le Gendre, Le Monde, 18 mars 2010 ).Autres ouvrages Une morale de résistance : Husseri, Bloch, Orwell, Jorge Semprun, Bibliothèque Nationale de France, 10/2002 Grandeur et modestie de l'engagement, Jorge Semprun, Éditions Descartes et Cie, 11/2005 De l'exil à l'oubli : Camps de réfugiés espagnols en France (1936-1939), Jorge Semprun, Éditions Hugo et Compagnie, 02/2006 Picasso : L'homme aux mille masques, Jorge Semprun, Maria Teresa Ocaña, Jean-Paul Barbier-Mueller, Pierre Daix, Éditions Somogy, 05/2006 Espagnol : Collège / Lycée, Jorge Semprun, Annie Bertrand, Malika Cessac, Andrée Paul, Éditions De La Cite, 08/2004 Chroniques d'ailleurs, Paul Steinberg, Jorge Semprun, Éditions Ramsay, 01/2007Filmographie Scénariste, sauf mention particulière 1966 : Objectif 500 millions de Pierre Schoendoerffer 1966 : La Guerre est finie d'Alain Resnais 1969 : Z de Costa-Gavras 1970 : L'Aveu de Costa-Gavras 1972 : L'Attentat d'Yves Boisset 1974 : Les Deux mémoires : réalisation et scénario[20] 1974 : Stavisky d'Alain Resnais Section Spéciale de Costa-Gavras avec Michael Lonsdale, Louis Seigner 1975 : Section spéciale de Costa-Gavras 1976 : Une femme à sa fenêtre de Pierre Granier-Deferre 1978 : Les Routes du sud de Joseph Losey 1986 : Les Trottoirs de Saturne de Hugo Santiago 1991 : Netchaïev est de retour de Jacques Deray : adaptation de son roman par Dan Franck et Jacques Deray 1995 : L'Affaire Dreyfus d'Yves Boisset (TV) 1997 : K d'Alexandre Arcady * 2010 : Ah, c'était ça la vie ! de Franck Apprederis (TV)



Ses amis ont exprimé le souhait de se réunir pour célébrer sa mémoire, en créant une association qui n’aura pas pour objectif que de perpétuer le souvenir de Jorge Semprun, mais aussi être un lieu vivant de rencontre, de discussion, de débats, de conférences et colloques, de recherche sur l’homme, Jorge Semprun et sur ses engagements, ses combats. Voici l'article qui relatait, dans Le Monde, sa disparition :



L'écrivain espagnol Jorge Semprun est mort









Association des Amis de Jorge Semprun

14 Rue Carpeaux •  75018 • ParisFrance